Education et petite enfance

 
 
.

- Cités éducatives

Lancées début 2019, les Cités éducatives visent à intensifier les prises en charges éducatives des enfants à partir de 3 ans et des jeunes jusqu'à 25 ans sur le lieu d'étude, mais aussi en dehors.

L'esprit des Cités éducatives est de favoriser la coopération et la coordination des acteurs du secteur éducatif travaillant dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville : services de l'Etat (Préfecture, Services de l’Education Nationale), services des collectivités, associations, habitants.

Pour la période 2020-2022, 100 millions d’euros sont mobilisés au niveau national.

Trois projets ont été mis en place dans les Hauts-de-Seine :

  • Gennevilliers sur le quartier du Luth, labélisé « Cité Educative Nationale » en 2019, financé à hauteur de 870 000 € sur trois ans ;
  • Nanterre sur le quartier du Parc, labélisé « Cité Educative Régionale » et labélisé « Cité Educative Nationale » en 2021, financé à hauteur de 430 000 € en 2021 ;
  • Villeneuve-la-Garenne sur le quartier AIRE 2029, labélisé « Cité Educative Régionale » en 2019, financé à hauteur de 32 000 € sur deux ans.

- Ville-Vie-Vacances (VVV)

Le programme "Ville Vie Vacances" (V.V.V.) est un dispositif national qui permet à des jeunes de 11 à 18 ans, prioritairement issus des quartiers relevant de la politique de la ville et ne partant pas en vacances, de bénéficier d'activités culturelles, civiques, sportives et de loisirs et d'une prise en charge éducative durant les vacances scolaires.

L'objectif global est de favoriser le développement d'une citoyenneté active et s'inscrit dans différentes politiques sectorielles : protection de l'enfance et de la jeunesse et prévention de la délinquance.

Dans les Hauts-de-Seine, ce dispositif est financé par l’Etat (préfecture). Les actions financées sont pour beaucoup des séjours sportifs, culturels et/ou artistiques, permettant aux jeunes des Hauts-de-Seine de partir à la découverte de la France rurale et des grandes capitales européennes.

En 2021, 216 244 € ont été versés aux associations suivantes au titre du programme Ville Vie Vacances :

Commune Association Montant total de subventions par ville
Antony Club Ados Réussite (IFAC) 19 000 €
Association Grandes Yeux Grandes Oreilles
Ville d'Antony
Asnières-sur-Seine Ville d'Asnières 17 500 €
VAGABONDS CREW
Centre socioculturel Yannick Noah
Centre socioculturel Louise Michel
Bagneux Ville de Bagneux 13 000 €
Le plus petit cirque du monde
Châtenay-Malabry Insertion Développement Social Urbain (IDSU) 27 500 €
Clichy-la-Garenne KICK ET FULL BOXING CLUB CLICHY 4 000 €
Football is solution
Colombes Centre social et culturel des Fossés Jean 32 500 €
Centre social et culturel Europe
La Cave à Théâtre
VILLE DE COLOMBES
Association Les Quatre Chemins
Association pour le vivre ensemble CSC Petit Colombes
Gennevilliers Association Chandon Grésillons 16 350 €
Ville de Gennevilliers
CTE DEP UFOLEP 92
Nanterre Centre Social et Culturel Les Acacias 24 200 €
AUTHENTI-CITE
Théâtre Du Bout Du Monde
Théâtre par le Bas
Unis Vers Cités
Les Noctambules
Association CERISE
Association Les Quatre Chemins
Villeneuve-la-Garenne Maison des Jeunes et de la Culture Villeneuve-la-Garenne (MJC) 13 000 €
Génération Unis
Association Des Africains Du 92
Association de Développement d'Agriculture Bilogique et d'Environnement pour les villages de la région de Kayes (ADABE)
Lectures Nomades
Département Association Autre Guitare 49 194 €
COLLECTIF MASQUE
Le cochon voyageur
CTE DEP UFOLEP 92
Association Jeunesse et Police des Hauts-de-Seine (AJP 92)
Association Jeunesse et Police des Hauts-de-Seine (AJP 92)
F93
Secours Populaire Français - Fédération des Hauts-de-Seine

- Programme de réussite éducative (PRE)

Le dispositif Programme de réussite éducative (PRE) a été mis en place en 2005. Il vise à remédier à un ensemble de difficultés rencontrées par des enfants et des jeunes, en leur proposant un suivi personnalisé à travers le parcours de réussite éducative. Chaque commune comprenant un QPV dispose d’un PRE, et chaque PRE mobilise les services de l’Education nationale, les services de la ville (enfance, aide sociale…), la Caisse d’allocations familiales (branche famille), les services du Conseil départemental (aide sociale, aide sociale à l’enfance, protection maternelle et infantile, etc.), l’Agence régionale de santé, le Conseil régional et les associations.

Un double enjeu 

Le premier enjeu consiste à recueillir la pleine adhésion des familles afin de faire bénéficier leur enfant de ce dispositif. Il importe, en effet, que la famille se mobilise pour accompagner son enfant dans ce projet.

Le deuxième enjeu est de s’appuyer sur le droit commun existant et de le mobiliser. La bonne marche de ce dispositif nécessite de travailler étroitement en réseau avec les acteurs présents sur le territoire : enseignants, directeurs d’école, assistantes sociales, médecin scolaire, etc.

Les PRE locaux sont majoritairement portés au niveau des communes.

Une durée variable 

La durée des parcours varie en fonction de la complexité des difficultés rencontrées par l’enfant. L’accompagnement personnalisé s'étend entre sept et dix-huit mois pour deux-tiers des bénéficiaires.

Le financement 

Les crédits de la politique de la ville constituent la principale source de financement du dispositif. Ils mobilisent 70 millions d’euros de crédits de l’État, ce qui représente 70% du financement total de ce dispositif, avant celui des communes et des EPCI (communautés d’agglomération ou de villes) qui le financent à hauteur de 22%.

Dans les Hauts-de-Seine, 45 actions ont été financées dans le cadre du Programme de Réussite Educative en 2021. Plus de 1 745 489 € ont été versés pour soutenir ces projets, principalement de nature éducative et de soutien à la parentalité.

- Cordées de la réussite, parcours et internat d’excellence

Afin d’accompagner dans leur scolarité les jeunes issus des milieux les plus modestes, trois dispositifs ont été mis en place.

Les cordées de la réussite

Afin de lutter contre l’autocensure et de susciter l’ambition scolaire, les cordées de la réussite offrent un accompagnement continu des élèves, de la classe de 4e au lycée et jusqu’à l’enseignement supérieur. Elles sont mises en place grâce à un partenariat entre un établissement d’enseignement supérieur « tête de cordée » et des collèges et lycées « encordés ».

En 2021 dans les Hauts-de-Seine, 1 032 élèves bénéficient des cordées de la réussite, répartis dans 18 lycées et 22 collèges.

Les parcours d’excellence

Les parcours d'excellence visent à la fois à favoriser des parcours choisis, à améliorer les résultats au baccalauréat et à augmenter le taux d'accès vers et de réussite dans l'enseignement supérieur des élèves issus des établissements classés en éducation prioritaire, en particulier Rep+, ou résidant en quartiers prioritaires de la ville ou en milieu rural isolé. Ce dispositif permet d’accompagner les élèves de la classe de 3e jusqu'au baccalauréat, quels que soient leurs choix d'orientation au cours de cette période, afin de les appuyer dans la construction d'un parcours personnel vers une excellence choisie (poursuite d'études post-bac ou insertion professionnelle directe).

Les internats d’excellence

Les internats d’excellence offrent aux collégiens et aux lycéens des conditions de travail et un projet éducatif renforcés pour leur permettre de réussir leur scolarité, s’épanouir collectivement et préparer au mieux leur avenir. En plus d’un accompagnement pédagogique personnalisé, les élèves se voient également proposer des activités sportives et culturelles collectives.

Dans les Hauts-de-Seine, le collège Evariste Galois (Bourg-la-Reine) a été labellisé « internat d’excellence du XXIème siècle » en 2021.