Sécurité et Prévention de la délinquance

 
 
.

Parce que la sécurité doit être assurée partout et constitue un droit fondamental pour l'ensemble des citoyens, une action soutenue doit être menée dans les quartiers prioritaires à la fois pour combattre la délinquance sous toutes ses formes et pour prévenir celle-ci. Il s'agit de diminuer le sentiment d'insécurité, favoriser la participation des habitants à leur sécurité, et les rapprocher des institutions. La prévention de la délinquance et de la radicalisation, orientée en particulier vers les mineurs et les jeunes adultes, contribue à assurer la cohésion sociale dans les quartiers et le mieux vivre-ensemble. Lors du Conseil territorial de la politique de la ville (CTPV) tenu le 27 avril 2021, plusieurs axes ont été mis en avant :

  • Abonder nationalement le FIPD de 10M€ pour soutenir les initiatives locales participant à la prévention de la délinquance avec divers volets :

- Volet Prévention de la délinquance

- Volet Vidéo-Protection

- Volet Prévention de la radicalisation

- Groupe d’évaluation départemental (GED)

- Cellule départementale de prévention de la radicalisation et d’accompagnement des familles (CPRAF)

  • Lutter contre l’islamisme et le repli communautaire

Cellule départementale de lutte contre l’islamisme et le repli communautaire (CLIR)

  • Déployer des adultes formés à la médiation et à la prévention spécialisée dans les quartiers.
  • Renforcer la justice de proximité.

6 + 1 délégués du procureur déployés sur le territoire, intervenant au tribunal de Nanterre et dans les points de justice de Gennevilliers, Bagneux et Chatenay-Malabry.

  • Lutter contre la délinquance.

- Accélérer la lutte contre les stupéfiants et le démantèlement des points de deals

- Renforcer la répression des rodéos urbains

En 2021, la commune de Nanterre a été retenue pour la mise en œuvre à titre expérimental des « bataillons de la prévention ». Ce dispositif permet de déployer 5 médiateurs et 5 éducateurs spécialisés au sein du quartier de reconquête républicaine du Petit Nanterre.

Issue du Comité interministériel des villes du 29 janvier 2021, cette mesure expérimentale est financée à hauteur de 26 millions d’euros au niveau national. Elle vise à mobiliser 600 éducateurs de rue et médiateurs sociaux au sein de « bataillons de la prévention », déployés dans 45 quartiers prioritaires marqués par un fort décrochage scolaire de leurs jeunes habitants. L’objectif est de tisser un filet de protection contre la délinquance juvénile.

Pour en savoir plus sur les « bataillons de la prévention » : https://agence-cohesion-territoires.gouv.fr/45-quartiers-prioritaires-vont-accueillir-des-bataillons-de-prevention-462